Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 06:00

Once in San Pedro de Atacama we have 2 options to enter Argentina: the asphalted Paso Jama or the ‘camino de tierra’ of Paso Sico. After researching both routes we decide to give a try to Paso Sico since it is supposed to be wilder with nicer landscape and almost no traffic due to its corrugated gravel road.


The decision could not have been better, the road over Sico takes us over a magnificent landscape very similar to the one seen in Sud Lipez, Bolivia. We cycle first through the Atacama desert untill Socaire, then we enter again the “puna” surrounded by big volcanoes. After the Cerro Miñiques the beautiful Salar de Aguas Calientes appears in front us and captivates our mind, we decide to camp and see the sunset in such a nice setting. The next day there is another surprise: the colourful Laguna Tuyaito takes our breath away... kilometre after kilometre we constantly discover amazing mountain formations with strange colours: grey, blue, red.... What a show!! We cannot believe that such formations exist on Earth, it is more likely to find them on the moon!

 

The solitude of these days cycling through inhospitable areas only seen vicuñas and llamas is broken with the stop at Mina El Laco. There we find a very friendly group of workers who welcome us to sleep inside instead of facing one more night at -10ºC and offer us hot drinks and meal. Great hospitality in such a remote place!

 

The next day we exit Chile and cycle for some kilometres on a no man´s land taken out from a lunar scenario. We finally cross Paso Sico and reach the Argentinean immigration. From here the road deteriorates till San Antonio de los Cobres. After passing through more salares and sandy tracks we decide to head straight to Salta through the Quebrada del Toro instead of making a longer loop through Abra del Acay. We are delighted by the gorge of the river Toro, everywhere you put your eyes you can see rock formations with different shapes and colours, really unique this landscape!  We camp in an idyllic setting in front of a hill with more than 7 colours, the river passing by relieves us with a bath from the heat. Next day we finally enter Salta (1,200mts) where Ramón from the casa de ciclistas is waiting for us. We have to get used to the heat after more than 3 months over 4,000 metres altitude.

 


0

 

Paso Sico, plus qu’un simple col, une traversee par une piste de 340km de long comportant 5 cols et autant de splendides vallees – ‘salares’ – lagunes permettant de connecter l’Argentine au Chili. Cette connection entre les 2 pays est exempte de trafic, les camions preferant le Paso Jama situe un brin plus au Nord et asphalte. Pour nous c’est synonyme de calme mais aussi de non-assistance en cas de pepin mecanique. On croise les doigts pour que Kakarbita et Chotine continuent a supporter les vibrations de la piste en tole ondulee...

 

On s’elance depuis San Pedro de Atacama, juste reposes, ou l’on poursuivrait bien notre rythme lambineux encore quelques jours, semaines ou mois... l’endroit est un peu trop ‘gringos’ a notre gout mais pourtant ce village de 3’000 habitants offre tout le confort que l’on n'a pas eu pendant le mois passe en Bolivie.

 

En selle! Les velos sont charges une fois de plus de lourdes provisions pour 6 jours, le temps qu’il nous sera necessaire pour rallier le premier village avec vivres en territoire Argentin – San Antonio de los Cobres. On longe le desert d’Atacama – faisons le plein d’eau a Toconao et luttons contre le vent dans l’espoir de rejoindre le petit village de Socaire, dernier en son genre au Chili, en soiree. Mission accomplie, l’altitude s’est gagnee, nous passons notre premiere nuit a 3’270m, accueillis par une enseignante du village, le froid ayant deja fait son retour.

 

1 (2)

 

1 (1)

 

Premier col au programme de la seconde journee, 4’100m. Nous esperons camper aux abords du Salar d’Aguas Calientes en contre-bas. Le goudron disparait, la piste est encore excellente, les pics environnants s’elevent majestueusement ce qui donne du caractere a l’endroit et motive nos coups de pedales. Le decor est similaire au Sud Lipez, lunaire et tout aussi splendide. Regle comme une horloge, le vent prend du service violemment en debut d’apres-midi et s’affaiblit que tard dans la nuit. On compte sur lui, il nous pousse, par chance la plupart du temps dans le dos – soufflant normalement d’Ouest en Est - du Pacifique a l’Atlantique. Fin d’apres-midi, on bascule sur l’autre flanc, une descente en dents de scie nous mene au ‘Salar’, on deniche un endroit protege d’Eole pour y planter nos sardines. La nuit est fraiche pour ne pas dire plus, les reserves d’eau passe la nuit a l’interieur de la tente.

 

2

 

4

 

5

 

4 (2)

 

4 (1)


Les collines alentours regorgent de minerais ce qui leur donne des teintes et degrades de couleurs surprenantes. Gris bleute, orange, rouge et la gamme au complet de tous les marrons imaginables. On longe la lagune Tuyalto puis montons a la Mine El Laco ou l’on espere se ravitailler en eau. Le site n’est pas exploite en cette saison,  les baraquements semblent deserts, on s’approche timidement neanmoins dans l’espoir de tomber sur une citerne d’eau. Le resultat est bien meilleur qu’escompte, un groupe d’ouvriers retapant les batiments en vue de la reouverture de la mine a la fin du mois nous offrent un accueil de reve!

 

6 (3)

6 (4)

 

6 (1)

 

6 (2)

 

6 (5)

 

Une poignee de main chaleureuse nous tire au fond de la cuisine chauffee et loin de ce vent qui nous sort par les oreilles, pas le temps de cligner d’une paupiere qu’une tasse de café nous est glissee entre les mains gelees. On est devenu la distraction du jour, les 4 Colombiens et 2 Chiliens oeuvrant ici se demenent pour nous mettre a l’aise. Une piece juste carrelee se nettoie ilico-presto, 3 matelas et un nombre consequent de couvertures emboitent le pas, les “quatres heures” beignets tout chauds et the s’ensuivent et le souper ne saurait s’oublier non plus. Ce ‘palacio’ est apprecie a sa juste valeur, ca nous change d’un nuit par -10ºC bercee par les vents.

 

Les adieux s’operent, on quitte nos nouveaux amis et filons en direction du col El Laco (4’500m) situe a seulement 3km de la. 4 km de descente plus loin, nous passons le check-post Chiliens et partons a l’assaut de l’Abra Sico (4’450m), redescendons sur le Paso Sico qui est tout sauf un col mais la delimitation du territoire Argentin et Chilien. L’endroit ne comporte rien d’autre qu’une dizaine de panneaux de signalisations: ‘Gracias por su visita a Chile’ – ‘Bienvenido a Argentina’ – ‘Aduana Argentina: 12km’… nous voila renseignes. Faux-plat descendant par une piste chaotique, un batiment au milieu de nulle part, on fait notre entree en Argentine et filons sur Catua, un mini-bled situe a 17km dans le but de trouver un endroit abrite du vent pour y passer la nuit. La salle du ‘club deportivo’ fait largement l’affaire, 4 murs, un toit et de l’electricite pour bonus!

 

11 (1)

 

11 (3)

 

11 (2)

 

12

 

Montee au col Arizaro (4’330m) - descente sur le village d’Olacapato et son ‘Centro de Salud’ chauffe, remontee au col Chorrillos (4’555m) et descente sur San Antonio de los Cobres. 338km se sont pedales depuis notre depart de San Pedro de Atacama, la traversee est accomplie, la civilisation et surtout les possibilites d’approvisionnement font leur retour!

 

13 (1)

 

13 (2)


Jorge avec qui nous roulons depuis 1 mois s’en va en direction de l’Abra Acay, nous filons sur la ville de Salta situee a quelque 160km de la, passage d’un col supplementaire -  l’Abra Blanca (4’100m) et une descente magique sur un doux asphalte borde de cactus geants.

 

14

 

La ‘Quebrada del Toro’ fait ecarquiller les yeux des touristes tout comme les notres – formation rocheuse erodee par le vent et la riviere. On campe sur les rives de celle-ci, on s’y baigne aussi. L’altitude chute dangereusement, la temperature monte en fleche, nous voici heberges par Ramon a la ‘casa de ciclistas’ de Salta a 1’200m d’altitude et par 40ºC ambiant.

 

15 (3)

15 (1)

 

15 (2)

 

15 (5)

 

15 (8)

 

15 (4)

 

15 (9)

 

15 (6)

 

15 (7)

 15 (10)

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Joseba & Co' - dans SOUTH AMERICA
commenter cet article

commentaires

Oriol 04/02/2014 00:59

Très beau site et merveilleuses photos qui me touchent. Mon fils et sa compagne sont en cours d'excursion en vélo et remorque dans le sens inverse de vous mais au travers de vos récits, je le suis à peu près. Ils doivent être actuellement en direction de Olacapato puis vers San Pedro de Atacama. Ils ont rejoint un couple d'amis. J'attends de leurs nouvelles d'ici 4 à 5 jours d'après leurs dernières infos. Merci d'avoir fait partager ces beaux moments.
Bien cordialement. Alain

Lydie 08/11/2012 18:51

Whaoo... Article avalé pour ne pas dire dévoré, je rêvasse devant vos photos... Dur de -10° à 40°, vous avez la forme pour tenir le choc !!
Besos à vous deux et taillez bien la route !

philippe du Mans 29/10/2012 22:04

OUAOUHHHH !!!!! les photos sont hyper top !!!!!
quand je re-regarde, j'ai l'impression d'être sur une autre planète !!!!
à moins que ....vous étiez sur une autre planète ?!!!!!!
ah d'accord !! fallait le dire !!!!
en tous cas, vous avez eu raison de prendre ce vol pour cette exoplanète !!!!
magnifique voyage !!!!!

Joseba & Corinne are in

  profile carre noir   Bienne

     SWITZERLAND

     64'204 km

    53 countries 

    60 moon2 

 Last update:  15th of April 2014

 

 

route-since-2009.jpg

ok

Search ...?...

Photo Gallery

 title

A méditer...

J'ai rencontré des gens tellement pauvres que la seule chose qu'ils possédaient... était l'argent!

Jean-Béliveau, 11 ans de tour du monde à pieds

  @ @ @