Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 16:50

We cycle the last stretch in Ecuador from Cuenca to the border of La Balsa. We choose this border because it is not packed with traffic (there is only a piste going there that is not yet finished) and the road goes through the Cordillera on altitude. The kilometres  are tough on such conditions at over 3,000mts high and climbing daily pass after pass. In exchange we are blessed by open views of the Andes where the only noise you hear is the water flowing, the singing of the birds, the wind blowing and your heart beating.

 

Great days passing through little villages where for example the Saraguro people still live preserving their traditions from Titicaca lake in Peru, the area they come from originally (they are dressed in black to mourn the death of Atahualpa) or the village of Vilcabamba where the people have a high life expectancy till 115 years.

We reach the end of our journey in Ecuador: a country with no flat roads, good and honest people and very diverse landscape (desert, Oriente, Cordillera, beach, islands...). Our favourite country in the Americas so far.


 

14 (5)

 

On quitte Cuenca ( alt. 2’500m) allegrement le 9 juin avec au programme du jour, un col a 3’330m et de mutliples montees –descentes -  vallees verdoyantes et magnifiques qui  nous menent au village de Oña apres 110km parcourus en quelque 8 heures.

 

1


La cour de l’eglise nous abrite pour la nuit, notre tente se plante, la cuisine nous est mise a disposition et la douche chaude se doit de patienter pour cause de messe du soir. La surcharge electrique causee par cette derniere risquant de faire sauter les plombs de la Paroisse Catholique, on la prendra une fois le travail du cure termine.


Un col plus tard, nous faisons halte au village de Saraguro celebre pour ses indigenes tout droit descendus du lac Titicaca quelques siecles auparavant. Leur habillement est caracteristique: un short a mi-mollet, un poncho et un chapeau le tout de couleur noir pour les hommes. Une jupe droite et une couverture elegamment pliee en deux posee sur les epaules et fermee a l’aide d’une grande aiguille d’argent, voila pour la tenue de la gente feminine. Ces costumes ornent le marche, la Plaza centrale, disons tout simplement la totalite du village.

 

10 (1)

 

10 (3)

10 (2)

 

10 (4)

 

Loja – Malacatos – Vilcabamba, le revetement routier se degrade au fur et a mesure que la frontiere approche, le compte a rebours a commence. Yangana - un col a 2’700m - le mini-village de Valladolid semble miraculeusement pose au milieu du decor apres passage de multiples courbes, glissements de terrain et vallees -  Palanda  et enfin Zumba.

 

11

 

12 (2)

12 (3)

 

12 (4)

 

12 (1)

 

13 (1)

 

13 (2)

 

14 (7)

 

14 (1)

 

14 (8)

 

14 (2)

 

14 (3)

 

14 (9)

 

14 (4)

Village de Valladolid

 

Des villages ou l’on se demande qui de la piste ou des habitations furent contruites en premier, l’eau courante cesse, l’electricite est encore presente. Enfin, une base militaire faisant bon menage avec le couvent des Soeurs Franciscanas nous hebergeant, l’ambiance d’entre-pays se fait sentir.

 

14 (6)

 

15 (2)

Traversee du village de Progresso,

le terrain de football est situe au milieu de la route "principale"

 

15 (5)

 

15 (3)

 

15 (4)

 

 Le Perou est a portee de vue, 10 kilometres a vol d’oiseau et pourtant 27 kilometres de pistes tortueuses aux pentes abruptes nous forcant a pousser les becannes a l’occasion nous menent a la dite frontiere de “La Balsa” et son pont International enjambant le Rio.

 

16 (2)

 

 7 jours et 430 kilometres apres avoir quitte Cuenca, nous voila a ce poste frontiere pose au milieu de nul part a une altitude de 700 metres.L’officier semble heureux de recevoir enfin deux clients et nous applique sympathiquement le tampon de sortie dans nos passeports. On s’envoie un bon litre et demi de Coca Cola miraculeusement frais pour l’endroit avant de passer au pays de l’Inca Cola, vive le Perou!

 

16 (3)

 

16 (1)

 

EQUATEUR: on n'a pas seulement aime ce pays mais adore, tout y a ete plaisant, tout nous a souri! Plaisir geant sur le velo – dur-dur pour sur, locaux sympathiques et des plus respectueux, papilles gustatives heureuses, volcans et paysages splendides a se glisser sous la pupille, climat parfait, bref, tout pour rendre un cyclo heureux tant sur le velo qu’hors selle!

Partager cet article

Repost 0
Published by Joseba & Co' - dans SOUTH AMERICA
commenter cet article

commentaires

Joseba & Corinne are in

  profile carre noir   Bienne

     SWITZERLAND

     64'204 km

    53 countries 

    60 moon2 

 Last update:  15th of April 2014

 

 

route-since-2009.jpg

ok

Search ...?...

Photo Gallery

 title

A méditer...

J'ai rencontré des gens tellement pauvres que la seule chose qu'ils possédaient... était l'argent!

Jean-Béliveau, 11 ans de tour du monde à pieds

  @ @ @